Le képi du gendarme

Le képi, introduit en 1861 et utilisé par l'armée de terre et la gendarmerie nationale française, remplace le shako, couvre-chef en forme de cône tronqué avec une visière. Il est associé aux Français car essentiellement porté dans l'Hexagone.

Son port est en constante régression depuis une trentaine d'années. Il a été abandonné par la police nationale en 1984 et par les surveillants pénitentiaires en 1940.

 

 

La composition du képi

 

  • Le galon(D) se situe au dessus du galon d'élite, la couleur varie selon le grade du gendarme.

  • Le galon d’élite(E) est de différentes couleurs selon la subdivision d'arme : argent pour les Gendarmes Départementaux (GD), or pour les Gendarmes Mobiles (GM), écarlate et jaune pour les Gardes Républicains (GR) et bleu roi pour les Gendarmes Adjoints Volontaires (GAV).

  • La jugulaire(G) est tendue entre deux boutons d'uniforme or ou argent sur lesquels sont gravés le symbole de l’Arme. 

  • La Grenade(F) est le symbole des troupes d’élite. Elle est unique au sein des armées par sa représentation à huit flammes, suivant elle aussi les couleurs des subdivisions. 

  • Les montants(A) correspondant aux traits ornant les quatre coins du képi : un du grade de Gendarme à celui de Lieutenant, deux pour les Capitaines et trois pour les Officiers supérieurs.

  • Le nœud Hongrois(B) est simple et affiché dès le rang d'Adjudant. Pour les Officiers supérieurs, il est triplé. La couleur varie également selon la subdivision du gendarme.

  • La soutache d'ornement(C) est identique aux soutaches de grade.

  • L'intérieur est entièrement doublé par une feuille en matière plastique transparente. Il dispose d'une bande de sudation en cuir pour les officiers et sous-officiers supérieurs et en synthétique pour le personnel du rang et les sous-officiers subalternes.

 

À noter que les ornements du képi sont de différentes couleurs selon l'appartenance :

 

  • couleur argent pour les gendarmes départementaux

 

  • couleur or pour les gendarmes mobiles

 

  • couleur écarlate-jaune pour les gardes républicains

 

  • couleur bleu roi pour les gendarmes adjoints volontaires.

 

 

Le calot

 

Le personnel féminin de la gendarmerie nationale ne porte pas le képi, mais un calot ou autre chapeau du même type.

Cette coiffe dispose d'un bandeau et d'un bord relevé en tissu bleu foncé. La rigidité de la calotte est obtenue par une carcasse en plastique. Cette coiffure comporte une doublure intérieure comme le képi. Sur le devant du bandeau est brodée verticalement une grenade de couleur or ou argent suivant la subdivision d'arme.

Le calot du postillon des officiers supérieurs est orné d'un nœud hongrois à trois brins, or ou argent de 1,2 mm. Celui des officiers subalternes et des sous-officiers supérieurs, dispose d'un nœud hongrois à un brin, or ou argent, de 3 mm de large.

Une bande amovible en tissu bleu foncé destiné à supporter le galonnage est posée à l'extérieur de la base de la calotte dans le but de recevoir le galon de fonction et les soutaches de grade or ou argent.

Pour les officiers supérieurs, la soutache mesure 2,5 mm de largeur, pour les officiers subalternes, 3 mm de largeur, quant à la soutache des sous-lieutenants, elle mesure 4 mm de largeur, tout comme celle des majors, adjudants-chefs, adjudants et maréchaux des logis-chefs.

Pour les gendarmes, les soutaches sont remplacées par des ganses jaune, écarlate ou bleu comme pour les képis des gendarmes.

 

Produits associés
Articles associés
Ajouter un commentaire
Vous devez être connecté.

Cliquez pour vous connecter.

Ajouter un commentaire