Gendarmerie : Caméra piéton

Les caméras piétons sont de plus en plus utilisées par les forces de l'ordres. En effet, elles permettent d'enregistrer le déroulement d'une intervention et ont vocation d'apaiser les relations entre les forces de l'ordre et la population. Ces caméras permettent également de constater certaines infractions. Elles sont principalement mises en œuvre au sein des brigades de gendarmerie et pelotons de surveillance et d'intervention comprenant des secteurs urbains plus "sensibles".

En règle générale, les enregistrements sont déclenchés à l'initiative des forces de l'ordre, dans n'importe quel lieu public ou privé. Les personnes filmées ne peuvent s'y opposer. À savoir, depuis le 1er mars 2017, les contrôles d'identité effectués en zone de sécurité prioritaire par des personnels porteurs de ces dispositifs sont systématiquement enregistrés.

Suite à l'enregistrement de ces données, elles sont stockées sur des espaces sécurisés et leurs accès est strictement limité au cadre des procédures. L'ensemble de ces sons et images sont conservés durant une période de six mois avant d'être détruits. 

 

 

La caméra VB400 en détails

 

 

La caméra VB400 sera la nouvelle caméra de la gendarmerie à partir de juillet 2021. Celle-ci est conçue pour protéger les agents et les citoyens tout en permettant d'apporter une preuve irréfutable de l'intégrité professionnelle. Elle propose un enregistrement en haute-définition 1080p grand angle, qui permet d'avoir un point de vue totalement immersif. Sa coque renforcée résiste à la pluie, à la neige et à la poussière afin d'être efficace lors de toutes situations. 

Des connexions Bluetooth et Wi-Fi sont intégrées, ce qui permet de faire fonctionner le système d'activation simultanée. Lorsque le chef d’équipe déclenche sa caméra, celles de ses collègues commencent à filmer en même temps. Ce système permettra d’obtenir différentes prises de vues d'une intervention. La VB400 dispose également des fonctionnalités de pré-enregistrement et de post-enregistrement qui lui permettent de capturer en permanence une séquence audio et vidéo, sans avoir besoin d'appuyer sur le bouton d'enregistrement. Ces fonctionnalités peuvent avoir un véritable intérêt afin de retranscrire l'intégralité d'une interpellation tout en assurant une meilleure protection des travailleurs isolés ou des personnels travaillant dans des zones dangereuses.

Cette caméra dispose d'une capacité de 12 heures d'enregistrement avec une seule charge. Elle est également compatible avec le "Holster Aware" qui est un système connecté permettant de débuter une capture vidéo dès que l'arme sort de son étui. Actuellement le ministère n'a pas souhaité financer cet accessoire, mais il pourrait se voir associé à cette caméra au cours des prochaines années. 

 

 

 

Le ministère de l'Intérieur a signé un contrat dans le but de changer les caméras de mauvaise qualité des forces de l'ordre. Celui-ci s'élève à 15 millions d'euros pour une acquisition de 30 000 caméras Motorola. Cet achat avait été annoncé en septembre dernier par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin qui souhaitait généraliser cet équipement. Cette technologie permettra également de lutter contre les contrôles au faciès dont les forces l'ordre sont parfois accusées.

Aujourd'hui, 10 400 caméras équipent les policiers et les gendarmes et se voient lourdement critiquées à cause de leur manque d'autonomie. En général, une patrouille dure huit heures, alors que la charge des caméras de la marque chinoise, Hikvision, oscillent entre deux et quatre heures. La VB400, quant à elle, promet une autonomie allant jusqu'à douze heures, ce qui explique logiquement cet investissement.

Produits associés
Articles associés
Ajouter un commentaire
Vous devez être connecté.

Cliquez pour vous connecter.

Ajouter un commentaire