Le Peloton d'intervention de la Gendarmerie nationale en Haute Montagne

Qui sont-ils ?  

Le Peloton d’intervention de la Gendarmerie nationale en Haute Montagne (PGHM) a été créé en 1958 suite à un grave accident sur le Mont Blanc. Le gendarme de haute montagne est à la fois un militaire, un alpiniste aguerri, un secouriste mais aussi un enquêteur.  

On recense aujourd’hui 16 PGHM répartis à travers les Alpes, les Pyrénées, la Corse et la Réunion. Il existe également 5 Pelotons de Haute Montagne (PHM) à travers la France, dans les Vosges, le Jura et le Massif Central. 

A savoir : il faut bien distinguer un gendarme de montagne et un gendarme en haute montagne. Le premier exerce au sein d’une brigade territoriale de montagne ou d’un escadron de gendarmerie mobile sans avoir suivi de formation spécifique. Tandis que le deuxième est spécialisé dans les interventions délicates et dangereuses en haute montagne. 

 

Les missions du PGHM  

Dans le cadre de ses missions, le Peloton d’intervention de la Gendarmerie nationale en Haute Montagne est amené à pratiquer le ski, l’escalade et l’alpinisme afin d’intervenir sur des situations délicates et dangereuses en haute montagne. Lorsque le gendarme fait partie d’un PGHM, il effectue différents types d'actions telles que la recherche de personnes disparues, le secours et l’assistance aux personnes en difficulté, mais aussi le contrôle des réglementations afin de veiller au respect de la législation propre à la montagne.  

Pour ces différentes missions, il travaille en collaboration avec d’autres gendarmes spécialisés comme des pilotes d’hélicoptère, des maîtres-chiens et des médecins. 

Afin de toujours être prêt pour mener à bien l’ensemble de leurs opérations, ces gendarmes spécialisés s’entrainent régulièrement pour garder une bonne condition physique et sportive. La représentation et la simulation d’accidents est aussi un bon moyen de les préparer à tous types de missions et d’avoir une bonne connaissance de leur lieu d’intervention : la montagne. 

 

La formation en montagne 

Elle est composée de trois niveaux : la formation élémentaire, la formation de qualification et la spécialité. 

La première permet d’intégrer un groupe de montagne gendarmerie (GMG). Afin d’obtenir ce Certificat Élémentaire de Montagne (CEM), il faudra tout d’abord effectuer deux semaines de formation en été et en hiver. 

La formation de qualification, se compose, quant à elle, de six semaines en été, de deux semaines en automne et cinq semaines en hiver. Elle donne, à son titulaire, le droit d’encadrer des militaires appelés à exécuter des missions, des entraînements et des instructions de la gendarmerie en espace montagnard. 

Pour ce qui est de la spécialisation, elle s’organise en deux étapes, les tests de sélection et l’obtention du brevet de spécialiste de montagne 

Si vous aussi vous souhaitez intégrer un PGHM, il faut tout d’abord réussir le concours de sous-officier de gendarmerie. Suite à cela, des épreuves de sélection ont lieu à Chamonix au Centre National d’Instruction de Ski et d’Alpinisme de la Gendarmerie (CNISAG). Ces épreuves consistent à effectuer une course de fond chronométrée, du ski alpin, du hors-piste, un parcours d’escalade sur paroi artificielle et à rechercher une victime d’avalanche dans un temps imparti. 

Produits associés
Articles associés
Ajouter un commentaire
Vous devez être connecté.

Cliquez pour vous connecter.

Ajouter un commentaire