Normes de protection antichute : Quels EPI ?

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Nombreux sont les risques du travail en hauteur. Dans les secteurs du bâtiment et de l'industrie, près d’un accident sur dix est lié à une chute élevée. Il s'agit de la deuxième cause d’accidents mortels en milieu professionnel. Voici un récapitulatif des multiples réglementations et normes pour la protection conte les chutes.

Sommaire :

 

Normes de harnais de sécurité

Selon l’environnement et les activités effectuées, plusieurs catégories de harnais de sécurité sont définies par diverses normes :

- EN 361 : Concerne les équipements de protection individuelle pour prévenir des chutes de hauteur comme le harnais antichute.
- EN 358 : Cette norme définit les équipements de protection individuelle pour le maintien en hauteur. Cela peut être ceintures de maintien et de retenue ou les longes de maintien.
- EN 813 : Cela regroupe les équipements de protection individuelle pour prévenir des chutes de hauteur lors d'une suspension. Cela inclut les ceintures à cuissardes.
- EN 1497 : Régit les EPI prévenant des chutes en hauteur avec boucles de sauvetage. Il s'agit principalement des harnais de sauvetage.

 

Normes des systèmes de liaison et d'absorption d'énergie

- EN 353 : Pour les dispositifs antichute mobile avec les variations comme tel :
     - EN 353-1 : Dispositif incluant un support d’assurage rigide.
     - EN 353-2 : Dispositif incluant un support d’assurage flexible.
- EN 354 : Réunit les EPI de types longes contre les chutes de hauteur.
- EN 355 : Cette norme régit les EPI contre les chutes de hauteur avec des absorbeurs d’énergie.
- EN 360 : Cela concerne les EPI avec une fonction de blocage automatique et un système de rappel rétractable pour la longe.
- EN 362 : Ces EPI se caractérisent dans la protection contre les chutes par leurs connecteurs.

Normes dispositifs d'ancrage (EN 795)

Dans certaines zones risquées, le travail est sécurisé pour l’utilisateur par un arrimage d'un Équipement de Protection Individuelle antichute sur un appareil d’ancrage. Cela nécessite un connecteur et un harnais adaptés. Certains cas amènent aussi à l'utilisation de systèmes anti-chutes suiveurs ou enrouleurs lors d'utilisation à l'horizontale. L'ancrage efficient demande dans tous les cas le port d’absorbeurs d’énergie de chute.

- EN 795 : cette norme spécifique définit les systèmes d'ancrage avec une attache pour l’arrêt des chutes. Cette norme classifie cinq types d'appareils d’ancrage.

- Classe A : Classe des appareils d’ancrage fixé de manières quasi permanente à une infrastructure. Cela peut être des œillets de maintien.
- Classe B : A contrario, ce dispositif d’ancrage est temporaire. Il peut se retirer pour permettre une utilisation sans marquer le lieu de travail. On peut y réunir les trépieds, les sangles d’amarrage et les potences.
- Classe C : Ces systèmes d'ancrage font usage d'un support d’assurance flexible et horizontal.
- Classe D : De même avec un système d'assurance rigide.
- Classe E : Cette dernière classe définit les dispositifs d’ancrage à corps mort.

 

Protection antichute en espaces confinés

Dans des espaces confinés, le risque de chutes de petites hauteurs comporte tout autant de risques que les situations en extérieur. À ce titre, les harnais de sécurité se plient aux règlements de la norme EN 361. Les compléments des normes EN 813, EN 1497, et d'un système d’ancrage conforme sont aussi fortement recommandés.

Comme nous venons de le voir, plusieurs normes permettent de classer les protections antichute en fonction des besoins du milieu professionnel.

Ajouter un commentaire
Vous devez être connecté.

Cliquez pour vous connecter.

Ajouter un commentaire