Masques de protection : Guide des différents types

L'OMS (Organisme Mondial de la Santé) reconnaît trois types de masques propres à être utilisés pour limiter la propagation de la pandémie de coronavirus. Il s’agit des masques médicaux également appelés masques chirurgicaux, des masques de protection respiratoire avec différents niveaux de performance et enfin des masques non médicaux ou masques en tissu. Il convient alors de déterminer les caractéristiques de chacun de ces types pour faire face au mieux à la situation.

 

Les masques chirurgicaux

Un masque chirurgical, ou masque anti-projections, d'hygiène ou à trois plis est un masque respiratoire à usage unique fait pour limiter la propagation des germes (bactéries, virus). Il retient les gouttelettes respiratoires. La contamination autour du porteur du masque est alors significativement restreinte. Le masque ne reste effectif que pendant quelques heures et doit ensuite être jeté et remplacé.

Ce type de masque est, la plupart du temps, porté par les professionnels de la santé pendant les interventions chirurgicales pour éviter l’infection des patients. Il peut être porté pour se protéger de la pandémie de Covid-19 même si c’est n’est pas son utilisation première. Ces dispositifs médicaux sont régis par la norme européenne ISO EN 14683. Celle-ci catalogue 4 types classés selon :

- L’efficacité de filtration bactérienne (EFB) dans le sens de l'expiration uniquement. Avec le type I (95% < EFB ≤ 98%) ou le type II (EFB > 98%).
- La résistance aux éclaboussures indice R si oui, pas d’indice sinon.

À titre d’exemple, un masque IIR filtre plus de 98% des bactéries et est résistant aux éclaboussures. Le masque chirurgical n'est pas un appareil respiratoire filtrant et ne peut être certifié comme tel. Il faut alors se tourner vers les masques de protection dit FFP.

Les masques FFP

Un masque de protection FFP (Filtering FacePiece, traduisible par pièce faciale filtrante) est un appareil de protection respiratoire jetable filtrant pour protéger contre les particules et divers virus aéroportés. Cet équipement de protection individuelle est utilisé par le personnel soignant pour se protéger des contaminations, mais aussi par les professionnels exposés aux particules fines (sciure de bois, amiante et autres). Ce type de masque couvre menton, nez et bouche.

Contrairement au masque chirurgical, le masque FFP parfaitement ajusté sur le visage protège son porteur contre l'inhalation d'agents infectieux ou de microparticules. Les modèles dotés d'une valve permettent une expiration à moindre effort, mais limitent l’efficacité de la barrière entre le porteur et l’extérieur. Le masque FFP répond à la norme EN 149 qui définit trois classes d'efficacité de filtration :

- FFP1 : Le masque filtre au moins 78% des particules en suspension dans l'air. Le débit de fuite à l'inspiration est inférieure à 22%. Ce type est principalement utilisé comme anti-poussière.
- FFP2 : Le masque filtre au moins 92% des particules dans l'air. Le débit de fuite à l'inspiration est inférieure à 8%. Ce masque est efficace contre les virus tels ceux de la grippe, l'influenzavirus B, la grippe aviaire, les coronavirus, la yersinia pestis, ou la mycobacterium tuberculosis. Il convient aussi aux utilisations des FFP1.
- FFP3 : Le masque filtre au moins 98% des particules dans l'air. Le débit de fuite à l'inspiration est inférieure à 2%. Il permet d’éviter la pénétration des très fines particules (amiante, céramique). Il est aussi utile aux procédures médicales qui génèrent des aérosols (intubation endotrachéale, bronchoscopie, trachéotomie). Il répond aussi aux utilisations des masques FFP1 et FFP2.

Les masques barrières

Il s’agit du masque en tissu à usage du grand public. C’est un masque non médical filtrant confectionné avec du textile lavable et réutilisable. Il apporte, en complément des gestes barrières, une protection hygiénique et sanitaire au porteur et à son entourage contre la transmission de maladies infectieuses ou la pollution de l’air.

Pour faire face à la crise sanitaire, l'AFNOR a mis en place depuis mars 2020 une normalisation des masques en tissu. Les masques barrières se répartissent entre ceux non destinés aux professionnels et remplissant les exigences minimales de la norme, et ceux pour les professionnels non médicaux. Ces derniers se définissent par deux catégories :

- Catégorie I pour les professionnels en contact avec le public (gendarmerie, police, caisse de magasin, alimentation). Cette catégorie filtre au moins 90% des particules de 3 microns.
- Catégorie II pour protéger les professionnels sans contact avec le public. Cette catégorie filtre au moins 70% de ces particules.

Depuis le 27 janvier 2021, seuls les masques de catégorie 1 sont acceptés. Ces masques peuvent aussi être utilisés par le grand public. Tous ces masques doivent porter le logo "filtration garantie – testé X lavages" sur l'emballage ou la notice. Les masques dits "faits maison" qui sont réalisés par des particuliers peuvent aussi servir de masques barrières et suivre les spécifications AFNOR.

Le lavage de ces masques ne doit pas risquer la dégradation ou atténuer l’efficacité filtrante. Le nombre maximal de lavages doit être respecté. Le lavage doit être effectué en machine avec une lessive adaptée au tissu et un cycle d'au minimum 30 minutes à 60 °C.

En fonction de vos besoins professionnels, vous serez ainsi amené à vous diriger vers les masques chirurgicaux (pour le secteur médical en particulier), les masques FFP pour une protection plus spécifique ou vers les masques barrières pour le grand public et certains secteurs professionnels (service, vente, alimentation). Il est capital de bien choisir et de déterminer dans quels cas de figure l'adopter pour se protéger et protéger son entourage.

Produits associés
Articles associés
Ajouter un commentaire
Vous devez être connecté.

Cliquez pour vous connecter.

Ajouter un commentaire