LIP : l'innovation horlogère depuis plus de 150 ans

Temps de lecture estimé : 10 minutes

Depuis plus de 150 ans, LIP représente le savoir-faire français des montres à l’international. Leurs atouts principaux reposent sur des innovations techniques constantes dans le but de rester précurseur dans leur domaine.

 

Sommaire : 

 

L'histoire de LIP

C’est à Bensançon, dans l’est de la France, qu’en 1867 le « Comptoir Lipmann » premier atelier d’horlogerie d’Emmanuel Lipmann voit le jour. Passionné depuis tout jeune par l’art horloger, Emmanuel est également un travailleur acharné avec une vision bien à lui de l’esthétique horloger. Il aura trois enfants, tous impliqués de près ou de loin dans l’entreprise familiale. Une de ses filles prendra la tête d’un second atelier, l’autre sera plus impliquée sur le côté administratif, quant à son fils, il travaillera sur l’aspect technique de la production.


Il ne faut pas longtemps à l’entreprise familiale pour se faire un nom dans le milieu de l’horlogerie en étant reconnue pour la qualité de leurs produits et leur esthétique novateur.

 

Une marque toujours plus innovante

C’est au début du 20ᵉ siècle qu'Enerst Lipmann, le fils du fondateur, s’interrogea afin de proposer des montres lisibles dans l’obscurité et même dans le noir. C’est en 1904 qu’il a l’idée de collaborer avec un couple de chercheurs physiciens français, venant de découvrir le radium quelques années auparavant. Ce couple, fraîchement médaillé du Prix Nobel de physique en 1903, n’est autre que Pierre et Marie Curie, concepteurs des premiers cadrans phosphorescents au monde.


Depuis 1896, la société utilise le nom LIP, notamment avec le lancement du « Chronomètre LIP », mais il faudra attendre 1908 pour que la marque LIP soit utilisée en tant que telle.


Forte d’innovation, LIP lance une campagne de communication (panneaux publicitaires dans les rues, journaux, magazines) afin de développer son image de marque ainsi que sa notoriété. De plus, la marque choisie de s’orienter vers une nouvelle stratégie de distribution : des vendeurs sélectionnés et exclusif avec des prix contrôlés et imposés par la marque. Mais ce n’est pas tout, car la marque décide d’offrir une garantie pour tous ses produits, valable sur le territoire français. Une révolution dans l’industrie, qui atteste de la qualité de la marque.

 

 

Au fil des années, les responsables de l’entreprise changent, mais restent tout de même dans la famille. En 1950, plusieurs explorateurs français se lancent à la conquête de l’Himalaya, comme Maurice Herzog, et décident de s’équiper de montres LIP pour cette ascension absolument incroyable à l’époque. Les modèles utilisés sont d’ailleurs appelés “Himalaya”, et sont équipés de calibres spécialement conçus pour résister aux grands froids. Le fait que ces explorateurs fassent confiance aux produits LIP atteste de la solidité, de la robustesse, de la précision et de la qualité des garde-temps de la marque française.


En 1952, Lip prouve une nouvelle fois qu’elle fait partie des avant-gardistes du domaine en proposant la première montre électronique. Cette innovation a fait un tel bruit dans l’industrie, qu’elle sera offerte à Eisenhower (président des États-Unis) ainsi qu’au Général De Gaulle en 1958.


Viendra ensuite la « Nautic-Ski » (première montre de plongée étanche à 200 m) dotée d’une lunette tournante sous le verre pour protéger les plongeurs des accidents d’inattention pendant leurs explorations sous-marines, une nouvelle innovation mondiale à l’origine de la marque. Elle fut adoptée par les plus grands noms de la navigation, dont le célèbre Eric Tabarly.

 

La fin d'une ère pour LIP

C’est au début des années 70 que ça se complique pour la marque française, notamment avec l’arrivée des mouvements à quartz chez des concurrents. C’est en 1973 que LIP présentera ses premières montres à quartz « Made in France », alors trop tard pour remonter la pente, après que les actionnaires aient écarté Fred Lipmann (petit fils d’Emmanuel). Peu de temps après, l’entreprise sera contrainte de déposer le bilan.


Il faudra attendre 1990 pour que la marque trouve un repreneur, Jean-Claude Sensemat, industriel du Gers, qui décida de changer complétement la stratégie marketing de la marque en proposant des montres premier prix. L’image en prend un coup, mais en termes de vente, c’est un succès, et LIP écoule environ un million de montres par an, grâce à la grande distribution et la vente par correspondance.

 

 

Aujourd’hui, LIP propose près de 300 modèles de montres, avec une majorité entraînée par des mouvements à quartz et une soixantaine avec des mouvements mécaniques. Des affichages digitaux, d’autres analogiques, des modèles accessibles à tous, d’autres réservés aux plus passionnés avec des styles modernes et d’autres bien plus inspirés du vintage.

 

LIP et nos héros du quotidien

Après des modèles conçus pour le Général de Gaulle ou pour les présidents américains, la marque française décide de proposer des montres destinées aux forces de l’ordre. Déjà novatrice avec la conception de la « Nautic-Ski », celle-ci sera déclinée pour les membres du GIGN : La montre "grande Nautic Ski GIGN". L’horloger français rend directement hommage au Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale avec 1973 pièces disponibles et numérotés (faisant référence à l’année de création du GIGN).


De plus, la marque dédie également un modèle aux sapeurs-pompiers pour saluer leur courage. C’est de la devise de ces héros du quotidien « Courage et Dévouement » que ce modèle tire son nom : La montre Courage Tricolore. Elle possède une double particularité, elle affiche une échelle cardiaque rouge sur la droite du cadran (dans l’esprit des pulsomètres de l’époque) ainsi qu’une échelle respiratoire en bleu sur la gauche. Son mouvement chronographe exclusif anime une aiguille double : une partie rouge pour la mesure des pulsations cardiaques et une partie bleue pour la mesure des respirations.

Prochainement, un nouveau modèle sera disponible sur vetsecurite : La montre "Grande Nautic Ski Fantôme". Ce modèle sera destiné à équiper les Forces Spéciales de l'Armée de Terre, conçu en partenariat avec le Commandement des Forces Spéciales Terre (COM FST). Les pièces de cette montre ont été sablées et noircies pour ne pas refléter la lumière, le verre a, lui aussi, subi un traitement antireflet spécial pour rendre le modèle quasiment invisible. L'ensemble de ces aspects ont été appliqués afin de rester "FFOMECBLOT" (Fond, Forme, Ombre, Mouvement, Éclat, Couleur, Bruit, Lumière, Odeur, Traces) acronyme définissant les règles du camouflage militaire. Enfin, le sigle de ces troupes d'élite a été imprimé sur le cadran à l'aide d'une encre spéciale qui le fait apparaitre et disparaitre selon la lumière. 

 

Cette série sera limitée à 2500 exemplaires dont 1500 étant réservés aux Forces Spéciales de l'Armée de Terre, si vous souhaitez vous la procurer restez à l'affût, elle arrive durant l'été 2022

Ajouter un commentaire
Vous devez être connecté.

Cliquez pour vous connecter.

Ajouter un commentaire